8.0
GLOSSAIRE

Artère : Route urbaine à volume élevé comptant au moins quatre voies dont la limite de vitesse type se situe entre 50 et 60 km/h et dont la distance type entre les feux de circulation est de 200 à 400 mètres. Le volume habituel d'une artère est inférieur à 20 000 véhicules par jour et elle est reliée à des routes collectrices, à d'autres artères et à des voies rapides.

Autoroute à accès limité : Autoroute à vitesse élevée et à grande capacité comportant au moins quatre voies et plusieurs niveaux dont l'accès se limite aux bretelles et aux échangeurs. La limite de vitesse habituelle d'une autoroute à accès limité est de 60 à 100 km/h avec une circulation quotidienne supérieure à 20 000 véhicules. Centre de mobilité : Zones de grande gare de transport en commun, telles que définies dans le Plan de croissance de la région élargie du Golden Horseshoe, qui sont particulièrement importantes en raison du niveau de service de transport en commun qui est prévu à leur intention et du potentiel de développement existant autour d'elles. Ce sont des lieux de connectivité entre les services régionaux de transport urbain rapide ainsi que des endroits où convergent de façon harmonieuse différents modes de déplacement, de la marche au train à grande vitesse. Ils ont ou sont censés avoir une grande concentration attrayante d'emplois, de magasins, d'activités et de divertissements à proximité d'une grande gare de transport en commun. Pour être définie comme un centre de mobilité, une zone de grande station de transport en commun doit être située à l'intersection d'au moins deux lignes de transport en commun rapide existantes ou prévues, comme cela est mentionné dans le PRT, et être en mesure d'effectuer au moins 4 500 embarquements et débarquements combinés à l'heure de pointe du matin en 2031. En outre, ces zones doivent habituellement atteindre ou avoir le potentiel d'atteindre une densité minimum d'environ 10 000 personnes et emplois à l'intérieur d'un rayon de 800 mètres. Les principales zones de grande station de transport en commun associées à un centre de croissance urbaine sont également définies comme des centres de mobilité, comme le sont l'aéroport Pearson et la gare Union en raison de leur rôle en tant que principaux points d'accès internationaux de la région du grand Toronto et de Hamilton. (Pour de plus amples renseignements, consultez le document d'information intitulé « Centres de mobilité, décembre 2008 »).

Centre pilier : Centres de mobilité qui ont une importance stratégique en raison de leur relation avec les centres de croissance urbaine (CCU), ainsi que l'aéroport Pearson et la gare Union en raison de leur rôle en tant que principaux points d'accès internationaux de la région du grand Toronto et de Hamilton. Les centres de croissance urbaine sont définis dans le Plan de croissance de la région élargie du Golden Horseshoe comme des zones centrales favorisant une forte concentration d'emplois et une croissance importante de la population, la mise en oeuvre de grands projets d'infrastructure de transport en commun et une diversification de l'aménagement du territoire à des fins commerciales, récréatives, culturelles, institutionnelles, de divertissement et de services publics. À ce titre, ils comprennent des destinations régionales importantes actuelles ou prévues telles que des grandes institutions, des centres d'emploi, des centres-villes ou des centres commerciaux régionaux et ils ont suffisamment de potentiel pour favoriser et soutenir la croissance et le développement. Ces centres pourraient transformer la structure urbaine régionale et servir de piliers pour le système de transport régional. Les centres piliers sont indiqués aux annexes 1 et 2 du PRT. (Pour de plus amples renseignements, consultez le document d'information intitulé « Centres de mobilité, décembre 2008 »).

Centre pilier : Centres de mobilité qui ont une importance stratégique en raison de leur relation avec les centres de croissance urbaine (CCU), ainsi que l'aéroport Pearson et la gare Union en raison de leur rôle en tant que principaux points d'accès internationaux de la région du grand Toronto et de Hamilton. Les centres de croissance urbaine sont définis dans le Plan de croissance de la région élargie du Golden Horseshoe comme des zones centrales favorisant une forte concentration d'emplois et une croissance importante de la population, la mise en oeuvre de grands projets d'infrastructure de transport en commun et une diversification de l'aménagement du territoire à des fins commerciales, récréatives, culturelles, institutionnelles, de divertissement et de services publics. À ce titre, ils comprennent des destinations régionales importantes actuelles ou prévues telles que des grandes institutions, des centres d'emploi, des centres-villes ou des centres commerciaux régionaux et ils ont suffisamment de potentiel pour favoriser et soutenir la croissance et le développement. Ces centres pourraient transformer la structure urbaine régionale et servir de piliers pour le système de transport régional. Les centres piliers sont indiqués aux annexes 1 et 2 du PRT. (Pour de plus amples renseignements, consultez le document d'information intitulé « Centres de mobilité, décembre 2008 »).

Centre point d'accès : Tous les centres de mobilité qui ne sont pas des centres piliers. Les centres points d'accès sont indiqués aux annexes 1 et 2 du PRT. (Pour de plus amples renseignements, consultez le document d'information intitulé « Centres de mobilité, décembre 2008 »).

Centres de croissance urbaine (CCU) : Centres désignés dans le Plan de croissance pour la région élargie du Golden Horseshoe de 2006. Le plan de croissance désigne 25 centres de croissance urbaine dans la région élargie du Golden Horseshoe, dont 17 se trouvent dans la RGTH.

Couloirs de densification : Zones de densification situées le long des principaux axes routiers, artères ou couloirs de transport en commun de niveau supérieur qui peuvent offrir des possibilités d'aménagement de structures à haute densité et à usage mixte qui sont compatibles avec les niveaux de service de transport en commun planifiés. [Source : Ministère de l'Énergie et de l'Infrastructure, Plan de croissance de la région élargie du Golden Horseshoe, 2006.]

Diversification des modes de financement et d'approvisionnement (DMFA) : Recours à la participation du secteur privé dans le but de concevoir, de financer et (ou) de construire une infrastructure tout en assurant un contrôle public approprié.

Générateur de déplacements importants : Installation ou zone qui génère d'importants volumes de passagers et (ou) de déplacements de marchandises et de services.

Gestion de la demande des déplacements (GDD) : Programme d'incitatifs qui influe sur le si, le quand, le où et le comment des déplacements des gens et les encourage à utiliser de façon plus efficace le système de transport.

Indice de mobilité : Ensemble d'indicateurs dérivés des buts et des objectifs du PRT et définis afin d'évaluer et de surveiller les progrès et la réussite du PRT à mesure que les stratégies sont mises en oeuvre et que les investissements sont effectués. Les indicateurs couvriront une variété de buts et d'objectifs qui favorisent une qualité de vie élevée, un environnement florissant, durable et protégé ainsi qu'une économie forte, prospère et concurrentielle.

Installation réservée au cyclisme et à la marche : Trottoir, sentier ou voie de circulation qui est réservé à l'usage des piétons et (ou) des cyclistes.

Intervalle : Temps prévu entre deux véhicules de transport en commun qui se suivent sur un trajet donné.

LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) : Système de classement des bâtiments écologiques, élargi depuis pour évaluer l'aménagement du voisinage. Les bâtiments peuvent se situer à quatre niveaux d'homologation en matière de construction respectueuse de l'environnement. L'homologation est accordée par le Conseil du bâtiment durable du Canada en fonction d'une demande documentant la conformité aux exigences du système de classement, en plus du paiement des droits d'inscription et d'homologation.

Métro léger (ML) : Tramways (jusqu'à trois ou quatre voitures par train) exploités dans des emprises réservées situées à côté des routes ou sur le terre-plein central ou encore dans les emprises ferroviaires. Habituellement à niveau, peut-être avec certaines sections empruntant des couloirs à circulation mixte et (ou) des tunnels. L'alimentation électrique se fait normalement par un trolley aérien ou un pantographe. La capacité varie de 2 000 à 10 000 passagers à l'heure dans la direction de pointe, avec des capacités encore plus élevées là où il y a de longues emprises entièrement séparées. La vitesse moyenne varie de 15 à 35 km/h selon l'espacement des gares et le nombre de sections à niveaux différents. Exemples : systèmes de métro léger de Calgary et d'Edmonton.

Métro : Transport en commun de grande capacité, appelé rail lourd, qui utilise des niveaux différents à l'écart de la circulation, principalement situés sous terre. Capacité variant entre 25 000 et 40 000 passagers à l'heure dans la direction de pointe, à un intervalle aussi court que 90 secondes entre les trains. La vitesse moyenne varie de 25 à 50 km/h. Exemple : le métro de Toronto.

Organisme de transport en commun : Un des exploitants de services de transport en commun de la RGTH suivants : Réseau GO, Hamilton Street Railway, Burlington Transit, Oakville Transit, Milton Transit, Mississauga Transit, Brampton Transit, York Region Transit, Toronto Transit Commission ou Durham Region Transit.

Région du grand Toronto et de Hamilton (RGTH) : Région métropolitaine englobant la ville de Toronto, les quatre municipalités régionales (Durham, Halton, Peel et York) qui l'entourent et la ville de Hamilton.

Région élargie du Golden Horseshoe : Zone géographique désignée comme la zone du plan de croissance de la région élargie du Golden Horseshoe dans le Règlement de l’Ontario 416/05.

Répartition modale : Proportion du nombre total de déplacements personnes au moyen de chacun des différents modes de transport. La proportion des personnes utilisant un mode correspond à sa répartition modale.

Réseau ferroviaire régional : Trains diesel-électriques ou électriques servant surtout aux déplacements régionaux sur de plus longues distances; capacité approximative de 5 000 à 20 000 personnes à l'heure dans la direction de pointe (phdp), à des intervalles de 10 minutes; possibilité d'améliorer le service en l'électrifiant, ce qui permet aux trains d'offrir un meilleur rendement (accélération) et donc d'atteindre des vitesses moyennes plus élevées, même si les gares sont relativement proches l'une de l'autre. La vitesse moyenne est de 30 km/h avec un espacement des gares de 2 km, et de 50 km/h avec un espacement plus grand ou des trains électrifiés. Exemple : le réseau ferroviaire GO.

Service d'autobus rapides (SAR) : Semblable au métro léger circulant principalement sur des emprises protégées, à l'écart de la circulation, mais utilisant une technologie de pointe en matière de transport par autobus. Comprend également des autobus circulant dans des couloirs mixtes sur des autoroutes à accès limité qui utilisent des outils de gestion de l'encombrement tels que des péages, permettant ainsi aux autobus de maintenir des vitesses moyennes élevées. La capacité du SAR varie habituellement de 2 000 à 10 000 personnes à l'heure dans la direction de pointe. La vitesse moyenne varie de 15 à 40 km/h selon l'espacement des gares, des vitesses plus élevées pouvant être atteintes sur des emprises séparées sur les autoroutes à accès limité. Exemple : ligne 98B à Vancouver (section Richmond), réseau Transitway d'Ottawa.

Système de transport automatisé (STA) : Type de transport en commun rapide utilisant une emprise totalement séparée qui peut être surélevée ou située dans un couloir à niveau distinct. La séparation totale avec la circulation routière, y compris aux intersections, permet d'utiliser des véhicules à conduite entièrement automatisée tout en améliorant la fréquence du service, la vitesse, la capacité, la fiabilité et la souplesse opérationnelle comparativement au métro léger (ML) fonctionnant sur le même niveau. La capacité du STA varie habituellement de 10 000 à 25 000 passagers à l'heure dans la direction de pointe (phdp). La vitesse moyenne varie entre 20 et 35 km/h, les gares étant séparées de 1 à 2 km, selon la densité de la zone. Exemple : le Skytrain de Vancouver.

Système de transport intelligent (STI) : Utilisation des ordinateurs, des communications et des technologies de l'information en temps réel pour assurer un contrôle de la circulation adaptatif et amélioré à l'échelle de la région et fournir des renseignements qui permettent aux fournisseurs de transport d'optimiser les activités du système et aux voyageurs d'utiliser ce dernier de façon plus efficace, tout en augmentant la commodité et en facilitant les déplacements.

Système de transport : Système constitué de couloirs et d’emprises pour la circulation des personnes et des marchandises, et installations de transport connexes incluant les arrêts et terminus de transport en commun, les pistes cyclables, les voies réservées aux autobus, les voies réservées aux véhicules à occupation multiple, les installations ferroviaires, les parcs relais, les centres de services, les haltes routières, les postes d’inspection des véhicules, les gares intermodales, les ports et les installations connexes, notamment pour l’entreposage et l’entretien. [Source : Déclaration de principes provinciale de 2005.]

Système régional de transport : Le réseau régional de transport en commun rapide et le réseau autoroutier indiqués aux annexes 1 et 2 du PRT.

Train rapide : Trains à grande vitesse, habituellement électriques, servant surtout aux déplacements régionaux sur de plus longues distances avec service bidirectionnel toute la journée. Le service express régional pourrait avoir une capacité variant de 25 000 à 40 000 passagers à l'heure dans la direction de pointe (phdp), les trains circulant dans des emprises entièrement séparées avec une fréquence de service de 5 minutes entre les trains. La vitesse moyenne varierait de 50 à 80 km/h avec des gares espacées de 2 à 5 km. Exemple : le réseau express régional (RER) de Paris.

Tramways : Véhicules sur rail urbains circulant à basse vitesse (p. ex., de 10 à 25 km/h) dans des couloirs mixtes, avec des arrêts rapprochés (p. ex., 200 mètres). On trouve des exemples de tramways à Toronto, Vienne, Prague et Melbourne. Habituellement appelés « trams » à l'extérieur de l'Amérique du Nord.

Transport actif : Déplacement non motorisé, y compris la marche, le vélo, le patin à roues alignées et les déplacements au moyen d'aides à la mobilité. Le réseau de transport actif comprend les trottoirs, les passages pour piétons, les voies réservées et les sentiers hors route conçus pour le transport actif.

Transport en commun de niveau supérieur : Comprend toutes les formes de transport en commun rapide (voir la définition ci-dessous). Le terme « transport en commun d'un niveau supérieur » est souvent utilisé de manière interchangeable.

Transport en commun spécialisé : Service porte à porte à l'intention des passagers ayant des besoins spéciaux. Les usagers du transport en commun spécialisé doivent satisfaire à des critères d'admissibilité précis et doivent réserver leurs déplacements à l'avance.

Transport maritime sur courtes distances : Transport de marchandises de port à port sur les Grands Lacs. Dans le contexte du PRT, ce transport se ferait surtout entre les ports desservant la RGTH ou entre ces ports et des points de correspondance avec des navires de haute mer en aval de la voie maritime du Saint-Laurent.

Transport urbain rapide : Service de transport en commun partiellement ou entièrement séparé de la circulation automobile générale et donc capable de maintenir une vitesse, une fiabilité et une productivité supérieures par rapport à celles des véhicules de transport en commun circulant dans des couloirs mixtes.

Voie à péage réservée aux véhicules à occupation multiple (VOM) : Sur une autoroute, voie réservée aux véhicules à occupation multiple (VOM) sur laquelle les conducteurs seuls peuvent également circuler en acquittant un droit de péage. Afin de mieux gérer la circulation routière, les droits de péage peuvent varier en fonction de l'heure de la journée et de la demande. En plus de générer des revenus, ces voies permettent une meilleure utilisation des voies réservées aux VOM. Les voies à péage réservées aux véhicules à occupation multiple peuvent également être ouvertes aux autobus.

Voie réservée aux véhicules à occupation multiple (VOM) : Voie de circulation conçue pour être strictement utilisée par des véhicules comptant un nombre minimal déterminé d'occupants, habituellement deux ou trois. Les voies à péage réservées aux véhicules à occupation multiple peuvent également être ouvertes aux autobus.

Voies d'évitement de file d'attente : Courtes voies aménagées à l'approche des intersections avec signalisation qui permettent aux autobus ou aux cyclistes de contourner les files d'attente et d'emprunter l'intersection avant le reste de la circulation lorsque les feux de circulation passent au vert.

Zone desservie par le transport en commun : Zone entourant chaque gare de transport en commun où l'on retrouve la plupart des points d'origine (p. ex., le domicile) et des destinations (p. ex., le travail ou l'école) des usagers du transport en commun. La zone desservie varie en fonction du type de transport en commun utilisé, des moyens par lesquels les gens s'y rendent et du tissu urbain qui l'entoure. Par exemple, une station de métro du centre-ville aura, pour un piéton, une zone desservie de taille différente de celle d'une gare du Réseau GO en banlieue.

Zones de grande gare de transport en commun : Zone englobant et entourant toute gare de transport en commun d’un niveau supérieur existante ou en projet au sein d’une zone de peuplement; ou zone englobant et entourant une grande gare routière de voyageurs dans un noyau urbain. Ces zones sont généralement situées dans un rayon approximatif de 500 mètres d’une gare de transport en commun, ce qui équivaut à environ 10 minutes de marche. [Source : Ministère de l'Énergie et de l'Infrastructure, Plan de croissance de la région élargie du Golden Horseshoe, 2006.]

Zones de peuplement : Zones de peuplement urbaines et rurales à l'intérieur de municipalités (villes, villages et hameaux) où : a) se concentre l’aménagement dans un environnement diversifié d'utilisation des sols et b) les terres ont été désignées dans un plan officiel aux fins d’aménagement dans le cadre de planification à long terme prévu dans la Déclaration de principes provinciale de 2005. Lorsque des terres ne sont pas disponibles à long terme, la zone de peuplement peut se limiter à la zone où se concentre l'aménagement. [Source : Ministère de l'Énergie et de l'Infrastructure, Plan de croissance de la région élargie du Golden Horseshoe, 2006.]

Le Grand Projet

Lire les mises à jour
(PDF, 0.5 MB)

Téléchargez le plan Tableaux et annexes interactive